Interview d’un testeur #5 – Yann Person

Interview d’un testeur #5 – Yann Person

Après Julien, Thierry, Stéphanie et Maria, c’est au tour de Yann Person – venu nous faire une présentation sur le monitoring fonctionnel en Production en Novembre 2017 -, de se prêter au jeu des questions/réponses dans cette 5ème interview.

Qui êtes-vous, que faites-vous, où travaillez-vous ?

Yann Person, 28 ans, actuellement Lead QA pour Manomano: mon travail consiste à mettre en place les outils et process pour faciliter le travail des développeurs et product managers afin que ceux-ci puissent faire évoluer l’ensemble des produits Manomano en toute sérénité. Je travaillais avant dans l’univers des fintechs, d’abord pour Younited Credit et ensuite pour Leetchi/MANGOPAY.

Comment décririez-vous votre travail à un enfant de 6 ans ?

Pour prendre un exemple simple : une voiture a besoin de 4 roues, d’un moteur, d’un volant etc…
Mon travail est de vérifier que chacun de ces éléments est bien là et fonctionne correctement.

En regardant en arrière, et si vous deviez recommencer en tant que testeur, quel conseil donneriez-vous ?

Sois plus curieux : contacte plus de testeurs, demande leur ce qu’ils font au quotidien, quels sont leurs problèmes, quels outils ils utilisent et pourquoi, va à plus de meetups !

Si vous deviez recruter un testeur, que rechercheriez-vous chez un candidat pour ce rôle ?

Il s’avère que je recrute effectivement des testeurs. Ce que je cherche avant tout ? De la curiosité et une énorme envie d’apprendre. Si ces deux éléments sont présents, alors souvent le reste suit.
D’ailleurs, si des lecteurs sont intéressés par un nouveau challenge, n’hésitez pas à me contacter, j’ai des postes ouverts (twitter @troblous).

Racontez-nous une anecdote de votre vie de testeur (bon ou mauvais moment, bug incroyablement difficile à reproduire ou à analyser…)

Un problème de concurrence. On avait remarqué un souci lorsqu’on avait beaucoup de transactions d’un coup. La problématique était d’arriver à se positionner dans cette situation. Il a fallu pas mal d’essais et de discussions avec nos développeurs mais on a fini par y arriver.
A partir de ce moment là et même si nous n’avions pas encore de solution, nous étions sereins : en pouvant reproduire à la demande le souci, il serait simple de s’en sortir.

Qu’est-ce qui vous énerve le plus dans les idées fausses sur les tests ?

Malheureusement, beaucoup d’entreprises voient encore le test et la qualité comme un centre de coûts. C’est à mon sens une grave erreur que de penser qu’on peut se contenter de tester en fin de chaine de développement. Pour moi les testeurs, développeurs et product managers sont tous des pièces d’un grand puzzle : s’il en manque, alors le puzzle ne pourra jamais être parfaitement complet.

Quels sont les challenges que vous avez à affronter en tant que testeur au sein d’une équipe produit logiciel ? Et comment les surmontez-vous ?

La communication est la base. Quand on a comme interlocuteurs directs des gens ayant des backgrounds très différents (produit, développement, support, IT…), il faut savoir adapter son langage et être réactif. Un point important est d’être à l’écoute et d’essayer de repérer les points de friction avant qu’ils ne posent trop de problèmes.

Un bon exemple est un moteur de scoring que nous avions : énormément de paramètres d’entrée qui entraînaient du coup un très grand nombre de scénarios. Ce type de fonctionnalités n’est pas vraiment testable manuellement (ça prendrait beaucoup trop longtemps) et une automatisation end-to-end serait difficile.
Comme c’était un service autonome, des tests BDD (langage Gherkin) avaient par contre beaucoup de sens : on a pu décrire différents cas qui ont permis de couvrir les règles de notre moteur.

Avez-vous des modèles, des personnes qui vous inspirent (testeurs ou non) ?

N’importe quel entrepreneur. Décider de se lancer dans un projet, se prendre des murs, enchaîner les problèmes, devoir les surmonter pour finir par créer de l’emploi et contribuer à l’économie : ça c’est inspirant !

Comment continuez-vous à apprendre ?

Autant que possible, j’essaie de lire des blogs (oui je fais partie des afficionados du flux rss) et de discuter avec d’autres QA/testeurs. Rencontrer d’autres personnes du secteur est à mon sens un des seuls moyens d’avoir de vrais exemples d’implémentations pas forcément évidentes dans la vraie vie (Stackoverflow c’est cool, mais ça ne suffit pas).

Citez un ou plusieurs outils qui vous sont devenus indispensables?

Runscope (API), GhostInspector (web), JMeter (load/perf).
Ces trois là sont vraiment la base de ma trousse à outils.

A quelle révolution les testeurs doivent-ils se préparer ?

Les plus gros challenges des prochaines années vont être liés à l’intelligence artificielle et les réseaux neuronaux notamment.
Comment tester un produit dont on ne peut pas prédire le comportement exact ? Comment tester un produit qui peut évoluer par lui-même dans une direction non définie et pas forcément parfaitement encadrée ?
Ce sont des questions auxquelles il va falloir répondre dans les 5 à 10 ans.


Merci Yann. N’hésitez pas à commenter si vous souhaitez poursuivre le débat sur l’un des sujets. Nous aurons bientôt d’autres interviews à partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *